Le dernier homme qui parlait catalan

by

L’ambassadeur d’Espagne à Londres s’interroge à travers une fiction sur l’extinction de la langue catalane.

Un article de Christian Desmeules, Le Devoir, 16 janvier 2010 – http://www.ledevoir.com/culture/livres/281194/litterature-etrangere-les-locataires

À retenir

  • LE DERNIER HOMME QUI PARLAIT CATALAN
  • Carles Casajuana
  • Traduit du catalan par Marianne Millon
  • Éditions Robert Laffont
  • Paris, 2009, 238 pages

Dans un immeuble vide d’un quartier de Barcelone, Ramon Balaguer, écrivain discret mais confirmé, essaie de terminer l’écriture d’un roman. Depuis des mois, le promoteur immobilier propriétaire de tous les autres appartements lui rend la vie impossible et tente par tous les moyens de le faire partir afin de pouvoir commencer des travaux majeurs de rénovation. Forte somme, dédommagements, accommodements, menaces, coupures du gaz: toutes les manoeuvres n’y feront rien. L’homme s’entête. C’est dans cet appartement, et nulle part ailleurs, qu’il doit finir le roman qu’il a commencé.

Diplomate, romancier et essayiste né en 1954, Carles Casajuana est ambassadeur d’Espagne au Royaume-Uni. Casajuana, qui a ecrit le roman en catalan, y distille assez finement une réflexion retenue sur la culture et l’identité catalane, ainsi que sur l’avenir des littératures dites de « l’exigüité ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :