Archive for mars 2012

Les bugnes/bunyols/brunyols du carême

mars 24, 2012

Ce samedi 24 mars, le Marché Maisonneuve de Montréal a organisé sa traditionnelle fête de la mi-carême, avec une mascarade typique de la Nouvelle-France. Côté sucré, une boulangerie assez connu de la métropole a spécialement conçu pour l’occasion le bugne, une pâtisserie inspirée des desserts de la mi-carême au Moyen-Age.

En Catalogne, ces « bunyols de quaresma » sont toujours typiques chez les pâtissiers. Ces beignes sucrés font les délices des grands et des petits.

Une variante locale très célébrée en Catalogne est celle des « brunyols« , qui sont typiques de l’Ampurdan. On les mange normalement pendant le Carême et au vendredi saint.

Alfabet Tàpies DVD une critique

mars 13, 2012

Documental de Daniel Hernández
Barcelona: Barcelona Multimedia, Alea Televisión, TVC, 2004
Catalan/English/Spanish/French
Duration: 52 minutes; NTSC/PAL compatible version; All zones

J’ai eu la chance de mettre la main sur le fameux DVD Alfabet Tàpiès qui fera parti de mon travail de session. Je suis comblée par l’attention porté à la mise en scène pour représenter un grand artiste comme Antoni Tàpies. Avoir le choix d’écouter le DVD en Catalan avec des sous-titres anglais, français ou espagnol fut mon second coup de coeur. Sans vouloir tout raconter du film, 52 minutes de plaisir à découvrir et redécouvrir cet artiste qui malheureusement nous a quitter récemment.  Notre vision de Tàpies se modifie légèrement au rythme de l’histoire. Son procédé artstique est d’autant plus mystifiant qu’impressionnant. Le documentaire nous présente plusieures de ses oeuvres telles que son « auto-portrait » fait en 1942 et « Black form over Grey Square » réalisé en 1960.

La plupart de ses oeuvres explore le côté profond de la spiritualité catalane. Tàpies a souffert de la TB pendant 2 années de sa jeuness et cette période de solitude est un des points culminants de son attachement pour l’art.

Un documentaire à voir absolument pour les curieux et les passionnés.

Vêtu de son imagination, Tàpies tourne autour du canva vide. Après quelques lectures inspirantes, il tâche le canva et celui-ci se crée de lui-même. Intéressé par l’art africain et le corps humain, ses peintures explorent une vision plutôt terrienne, comme si la communion de l’être avec la terre devait prendre place afin de trouver la paix intérieur. L’apparition de nombreuses croix dans ses peintures naît d’une vision spirituelle de Tàpies qui s’intéresse au bouddhisme chinois. À chacun son interprétation de ses oeuvres ennivrantes qui puissent inspirer l’art moderne.

« In 2003 Antoni Tàpies turned 80. Though Spain’s most important living contemporary artist, he is one of the least understood by the general public. In this report, the artist talks about his work for the first time and reveals the details of his creative process as we follow the trajectory of a work from its conception to public exhibition. Tàpies constitutes a link between two generations of artists, thus embodying a key to the history of European painting in the 20th century. With this documentary, the artist hands downs a unique legacy of his life and work. »

Pour ceux qui s’intéressent à Tàpies, voici un vidéo avec musique qui montre un vaste montage des peintures de Tàpies.

Sources:

http://mfdb.eu/en/film-alfabet_tapies_c72871

Andreu Nin i Perez, le communiste catalan

mars 13, 2012

Andreu Nin i Perez est né le 4 février 1892 à El Vendrell à Tarragone. Fils d’un cordonnier et d’une paysanne catalane, il a grandis dans une famille impécunieuse. Malgré le manque d’argent, sa famille s’est sacrifiée énormément pour son éducation et ce qui lui a permis d’entreprendre des études dans un Collège d’enseignement à Tarragone. C’est ainsi qu’une fois les études complétées, il prit route pour Barcelone pour enseigner et il arriva à la capitale de la Catalogne juste au moment où de grands changements sociaux et culturelles s’entreprirent vers la fin de la Belle Époque et le début de la Première Guerre Mondiale.

La neutralité de l’état espagnol durant la Première Guerre Mondiale a permis à la Catalogne de s’accroître industriellement et ceci même après les pertes coloniales de Cuba et des Philippines en 1898. Cela dit, un mouvement social important des classes ouvrières s’est développé dans les villes avec l’arrivée sans cesse des immigrants travailleurs provenant des campagnes et l’un d’entre eux est Andreu Nin i Perez. Tout comme la plupart des jeunes contribuables dans ces années de prospérités industrielles en Catalogne, Andreu Nin faisait allusion et supportait les mouvements gauches nationalistes qui assuraient les biens des classes travailleurs alors que l’état se concentrait sur les bourgeois. Courageux et déterminé, il quitte son poste d’enseignement peu après son arrivée à Barcelone et il se joint à la cause révolutionnaire gauche à Barcelone où avec ses talents oratoires et de ses connaissances en histoire, il devient journaliste et orateur pour enfin travailler pour la C.N.T. (Confederacíon Nacional del Trabajo) dans les années qui ont suivi 1917.

Andreu Nin i Perez est aujourd’hui connu pas simplement pour son travail au sein de la C.N.T., mais pour ses intérêts syndicalistes auxquelles il va entreprendre des démarches pour apporter des idéologies communistes et trotskistes en Catalogne à partir de ce qu’il va apprendre de la révolution soviétique et de son Armée Rouge. En effet, en 1921, alors agé de 29 ans, Andreu Nin part pour Moscou pour représenter la délégation Espagnole dans la 3e conférence de l’Internationale Communiste et dans la célébration de la fondation de l’Internationale Syndicale Rouge (ISR), une organisation syndicaliste qui cheminait parallèlement avec l’Internationale Communiste. Son séjour dans le pays rouge dure 9 ans et il retourne à son Catalogne natal en octobre 1930. Durant ces 9 ans, il a connu des développements personnels significatifs. Il travaillait dans le secrétariat de l’ISR. Cependant, dû à des conflits internes au sein de l’organisation russe et au déclin de la Partie Communiste de l’Espagne à partir de 1925, Andreu Nin décide de prendre parti une fois de plus dans la révolution catalane. Avec la fin de la dictature de Primo de Rivera, la première république catalane depuis le 11 septembre 1714 était en vue de se former, mais Andreu Nin confronte à des difficultés de réintégration au mouvement évolutionniste à son arrivée à Barcelone. Ensuite, il n’avait aucune rentabilité financière. Alors, en étant un grand savant de la littérature russe, il décide de traduire les œuvres évolutionniste de Léon Trotsky en catalan qui lui porte fruit peu à peu financièrement. Ces idéologies basées sur le Marxisme de Léon Trotsky sont en fait très importants pour lui. Léon Trotsky était un comrade proche d’Andreu Nin et ils se correspondaient souvent au sujet du mouvement communiste en Espagne. En réalité, comme mentionné au-dessus, la Partie Communiste de l’Espagne n’exerçait aucun pouvoir dans cette époque. Elle ne portait aucune influence politique dans les mouvements populaires catalans et elle était plutôt inexistante avec les dirigeants emprisonnés. Cela ne suffisait pas à Andreu Nin.

Durant plusieurs années, Andreu Nin travaillait dans la traduction des œuvres classiques russes en Catalan et Il contribuait dans une petite organisation communiste nommée le Gauche Communiste. Mais son succès en étant un militant révolutionnaire commence seulement après la grève générale en octobre 1934 lorsqu’il va fonder avec son compatriote Joaquín Maurín la partie politique P.O.U.M (Partido Obrero de Unificacíon Marxista ou Parti Ouvrier d’Unification Marxiste). Suite au défait des ouvriers durant la grève générale, Andreu Nin réalise que le mouvement révolutionnaire manquait des dirigeants qui pouvaient amener les gens dans la bonne voie afin de triompher. Alors, il utilise tout son temps à la formation d’un groupe de meneurs et c’est ainsi que P.O.U.M commence ses activités politiques le 29 septembre 1935 en Catalogne. P.O.U.M va même participer à la guerre civile espagnole contre les anarchistes et surtout les fascistes franquistes et à une semaine d’affrontements militaires entre les forces au pouvoir en mai 1937 entre différent parties populaires de l’époque dont le PSUC et la CNT. L’écrivain américain George Orwell va aussi se joindre à Andreu Nin à sa cause et à P.O.U.M.

Les évènements de mai 1937 ont mis fin à la vie d’Andreu Nin i Perez. Il fut capturé par la police et ensuite torturé et assassiné le 20 mai 1937 à Alcalá de Henares, mais sa partie politique va continuer exister jusqu’en 1980. Bref, Andreu Nin i Perez a réussi à devenir le leader le plus connu des mouvements communistes en Catalogne avec ces idéologies et expériences qu’il apporta de la révolution soviétique. Aujourd’hui, la Catalogne se souvient encore de lui et on retrouve une plaque commémorative à son nom sur les Ramblas de Barcelone, tout près de la Plaça Catalunya.

Yi Ran Weng

———-

Sources: http://www.fundanin.org/solano29.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Andreu_Nin

Elles et moi, La Guerre d’Espagne et la vision de trois femmes

mars 13, 2012

En janvier 1939, Barcelone tombe face à la dictature espagnole. Plus de 500 000 exilés quittent l’Espagne et passent la frontière française. Les hommes sont désarmés et envoyés dans des camps où les conditions de vie sont souvent pénibles en raison du manque de moyens et de ressources. Les familles sont envoyées un peu partout où elles tentent de survivre dans un climat difficile.

Le téléfilm Elles et moi produit en 2008 par Bernard Stora suit le destin de la famille Esteva. Le mari Lluís, est envoyé au camp de concentration d’Argelès-sur-Mer. La mère, Pilar, demeure avec ses deux enfants Isabel et Ignacio dans un village français où elle réussit à trouver un emploi auprès d’une famille aisée des environs.

 L’histoire est celle de la jeune fille, Isabel, qui raconte son exil et les mois qui le suivirent. En parallèle à ce personnage, on retrouve les voix de deux autres femmes, celle de la mère et de la grand-mère. Toutes ont leur mot à dire, certaines avec une certaine pointe d’humour, d’autres avec plus de pessimisme. L’idée est donc de dresser un portrait de ces années, de l’exil, de l’espoir d’un retour; d’un retour au pays, mais aussi d’un retour à la démocratie. Et aussi du choc des cultures, du déracinement et du manque de ressources. Si l’histoire est majoritairement campée dans les années de l’exil, on revient souvent au premier cadre de narration, celui d’Isabel devenue âgée, présentant sa dernière collection de mode au grand public, entourée de ses femmes-fantômes. Les créations de la femme devenue grande couturière servent d’éléments déclencheurs aux souvenirs. Cette intrusion dans le monde de la mode peut paraître parfois déconnectée de la situation dramatique du reste de l’histoire, mais ajoute néanmoins une actualisation du récit en plus d’agrémenter le film d’un côté «spectacle». Le récit est bien présenté, la narration surprend et les acteurs sont doués. Le contexte géographique de la fiction permet une image magnifique, baignée du soleil du sud de la France. Et les costumes, dignes de cette Isabel devenue designer de mode, sont sublimes.  

 Elles et moi réussit donc à faire passer son message, à amener une réflexion sérieuse, sans pour autant laisser le spectateur tomber dans un sentiment de tristesse et d’impuissance, tout cela dû au merveilleux sens de l’humour des personnages. Un film donc, que je recommande pour se faire une idée visuelle de l’époque et de ces événements qui ont touché tant de gens et pour découvrir ou redécouvrir des acteurs fort prometteurs.

Janie Deschênes

 

Sources : www.wikipedia.org , www.teleobs.nouvelobs.com et www.commeaucinema.com

 

Le massif montagneux Montserrat

mars 12, 2012

La topographie et la géologie du Montserrat ont su m’intriguée dès que nous en avons discuter en classe.

Montserrat est un massif montagneux très important dans la représentation symbolique des Catalans. Situé à une soixantaine de kilomètres de Barcelone en Catalogne, ce massif isolé est partagé entre les Comarques de Bages, Anoia et du Baix Llobregat et abrite en son sein une abbaye bénédictine de Santa Maria de Montserrat consacrée à la vierge de Montserrat.
Son nom peut se traduire par montagne (mont) en dent de scie (serrat) qui vient des rochers ruiniformes de la montagne.À l’Éocène supérieur et à l’Oligocène inférieur, il y a eu dans la région de grandes quantités de dépôts sédimentaires continentaux, comme le montrent les fossiles, essentiellement de nature lacustre ou fluviatile. La zone de Montserrat devait se trouver au niveau d’un fleuve, car il y a eu un très important dépôt de rudites (galets, graviers), ce qui sous-entend un courant suffisamment fort pour les transporter. Par la suite, des phénomènes de diagenèse ont cimenté ces rudites grâce à un ciment calcaire plus ou moins argileux, les transformant peu à peu en poudingue.

La montagne de Monserrat, fond de mer née il y a cinquante millions d’années des alluvions d’un fleuve, puis exhaussé par le plissement des Pyrénées proches, est un caprice de l’érosion.

« Jagged, barren pinnacles of reddish sandstone and conglomerate, formed by erosion, rise from the mountain’s huge base, and it is cloven by ravines; the monastery stands on the edge of the widest of these, the Malo valley, at 2,400 feet (730 metres). Remains indicate that the mountain was inhabited in prehistoric times. »(Je ne pense pas avoir besoin de traduire de l’anglais, si oui demander-le moi!)

Donc selon Encyclopaedia Britannica et wikipeadia, Ce serait l’érosion du vent et de l’eau, entre autres, qui aurait causé cette formation de piquets plutôt impressionants.

Sources:

http://www.britannica.com/EBchecked/topic/391142/Montserrat

http://fr.wikipedia.org/wiki/Montserrat_%28montagne%29#Topographie

Le modernisme catalan

mars 7, 2012

Si nous aurions à décrire la catalogne ainsi que la ville de Barcelone, il va sans dire qu’il nous viendrait en tête le nom d’artistes tel que Gaudi ainsi que le nom d’un courant qui les a grandement influencés : le courant moderniste. Cela dit, quand est survenu cet élan pour le modernisme en Catalogne et quelles en ont été les causes, les caractéristiques ou encore les conséquences ?

Si l’art nouveau ou l’art moderne a débuté premièrement en Angleterre grâce aux travaux et aux idées de l’anglais John Ruskin, son expansion s’est produite aussi bien en Europe comme en Amérique. En catalogne, le modernisme est apparu en fait avec le refus de l’architecture industrielle et traditionnelle du XIX siècle qui se définissait comme simple et géométrique. En effet, il est possible de remarquer qu’après la révolte industrielle viendra en architecture une certaine préférence pour l’esthétique, considérée comme l’une des caractéristiques du modernisme. Il est intéressant de spécifier que l’art moderne apparait peu à peu avec des constructions prémodernistes marquant son début officiel en Catalogne seulement à partir de l’Exposition Universelle de Barcelona en 1888, dans le Parc de la Ciutadella. Enfin, bien que le modernisme catalan soit surtout « un style moderne et bourgeois » considérant le fait que les bourgeois cherchaient et s’exprimaient à l’aide d’un art différent du style industriel répandu, une multitude d’autres caractéristiques qualifient ce courant également.

Le modernisme catalan est composé de nombreuses facettes incluant non seulement une grande variété dans les domaines qu’il touche, mais aussi dans les traits qui le caractérisent. Pour tout dire, l’art catalan est présent dans de nombreux domaines tels que la sculpture, la peinture, l’architecture, la décoration intérieure, la littérature, etc… De plus, celui-ci se caractérise par des motifs naturels, des courbes, des végétaux, des fleurs, l’asymétrie, les couleurs, l’expression des matériaux, et bien d’autres encore. Cet art nouveau était l’outil préféré de la classe bourgeoise qui souhaitant affirmer son statut social l’employait dans toutes les formes d’art. Bref, il semble aussi pertinent de souligner l’étroite connexion entre l’art nouveau et le catalanisme, car rien de tel pour se construire une identité nationale que d’utiliser de nouveaux éléments pour s’exprimer.

Pour ce qui est des conséquences ou encore des résultats de l’art moderne sur la société barcelonaise, nous pouvons les constater à l’aide de quelques unes de ces grandes architectures construites par Antoni Gaudi, chef du nouvel art.

· Le Parc Guell

· Le Palais Guell

· La Pedrera

· La Sagrada familia

Marianne Grimard

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Modernisme_catalan

http://www.gaudiallgaudi.com/F0003.htm

http://www.arvha.org/sitescd/art_nouveau/FRANCAIS/TEXTS/textes/girona_fr.htm

Images :

http://www.routard.com/photos/barcelone/40822-le_parc_guell.htm

http://fr.barcelona.com/annuaire_barcelone/monuments_barcelone/casa_mila_pedrera_gaudi

http://architecture.about.com/od/greatbuildings/ig/Antoni-Gaud-/Sagrada-Familia-.htm

Arnau Bataller se mérite un prix de renommée internationale

mars 2, 2012

Il y a une semaine, Arnau Bataller, compositeur valencien de la bande sonore de la série télévisée Ermessenda a reçu le prix de la meilleure bande sonore d’une série télévisée du International Film and Music Critics Association (IFMCA), une association de journalistes spécialisés dans la musique originale composée pour le cinéma et pour la télévision. Depuis 2004, leurs prix sont les seuls au monde qui sont accordés aux compositeurs par de tels journalistes et ils sont reconnus comme les Oscars dans le domaine de la musique de cinéma et de bandes sonores. Au niveau du cinéma, c’est John Williams, compositeur pour le film américain de Steven Spielberg, War Horse, qui s’est mérité le prix de la meilleure bande sonore d’un film.

Voici une bande-annonce de la série télévisée Ermessenda dans laquelle on peut bien écouter un extrait de la bande sonore.

Sources:

http://www.ara.cat/cultura/Arnau_Bataller-Ermessenda_0_652134975.html

http://filmmusiccritics.org/about/

Fine cuisine catalane au restaurant Nuclo

mars 1, 2012

Une envie soudaine de bonne gastronomie? Si avez l’opportunité de visiter Barcelone, un restaurant moderne incontournable est sans aucun doute le Nuclo situé dans la zone entre Barcelone et l’Hospitalet de Llobregat.

Ce restaurant à l’architecture moderne, avant-gardiste et harmonieuse sera vous charmer par sa fière allure créée par l’architecte japonais Toyo Ito, reconnu entre autre pour son invention de l’architecture conceptuelle. Non seulement l’endroit jouit d’une architecture épatante, mais il détient aussi en son cœur une structure remarquable pouvant conserver jusqu’à 1500 bouteilles. Cette cave à vin composée d’acier et de ver est visible et accessible à tous, constituant en soi le bijou de la salle à manger.

La cuisine du Nuclo concoctée par le chef Jordi Narro, un passionné de la cuisine moléculaire, est présentée à la clientèle par l’option de deux choix de menu, soit le menu du marché ou encore celui de dégustation. Dans le menu du marché, servi seulement à l’heure du diner, ce sont des mets à base de produits frais qui sont de mise alors que dans le menu dégustation, il y a une variété de plats composés de fruits de mer, de poissons ou encore de quelques viandes. Ajoutons qu’il est d’ailleurs proposé au consommateur de marier ces derniers plats avec de délicieux vins du sommelier.

Sommes toutes, il va sans dire que l’expérience que nous propose le Nuclo pour son architecture ainsi que sa gastronomie catalane est unique en son genre afin de connaitre ou encore redécouvrir Barcelone.

« Proposo una gastronomia amb sentit, autèntica i respectuosa amb les matèries primeres, basada en la tradició catalana i capaç de crear harmonies noves i sorprenents »

Jordi Narro

Marianne Grimard

Galerie photos

http://www.nuclorestaurant.com/galeria_ES.htm

Sources :

http://www.nuclorestaurant.com/

http://www.evasion.tv/emissions/viva_espana/episodes/lespagne_en_mouvement_00rhr

images:

http://www.publispain.com/revista/seccion/cocina/restaurante_nuclo_de_barcelona.html

http://www.nuclorestaurant.com/