Pere Portabella: un nom à retenir pour le cinéma catalan

by

Tel que promis lors de ma présentation orale, j’ai réservé mon dernier article de blogue de la session pour vous présenter un artiste que certains considèrent comme le père du cinéma catalan alternatif: Pere Portabella. En plus d’avoir été un des pionniers du cinéma militant, il était profondément impliqué dans la vie politique catalane et a été très actif contre le franquisme à l’époque. Il a été également été député au Parlement de la Catalogne et sénateur entre 1980 et 1984.

pere portabella

Dans le cinéma militant, il a été une sommité. Il a été professeur à l’Institut de Théâtre et à l’École de Cinéma Aixelà de Barcelone, par laquelle sont passés beaucoup de cinéastes indépendants de l’époque comme Llorenç Soler et Antoni Padrós. Il a obtenu le Prix « Gaudí d’Honor » en 2012 pour l’ensemble de son oeuvre en tant que réalisateur, scénariste et producteur.

Pour entrer dans son univers particulier, je vous suggère deux de ses longs-métrages que j’ai personnellement aimés, « Cuadecuc, Vampir » (1970) et « Die Stille vor Bach » (Le silence avant Bach) (2007), qui vous donneront une idée de l’évolution de sa production depuis la fin du franquisme jusqu’à l’époque actuelle. Le premier est disponible intégralement sur Youtube, et le deuxième est disponible à la Médiathèque en Études catalanes, au 8e étage de Lionel-Groulx (C-8074).

« Cuadecuc,Vampir » est un étrange semi-documentaire muet (sauf dans les toutes dernières minutes), réalisé dans les coulisses du tournage du film « Les nuits de Dracula » du cinéaste espagnol Jesús Franco. Ce long-métrage de Portabella est à mi-chemin entre le « making of » du film et une relecture personnalisée et abrégée, où l’on retrouve la plupart des acteurs, dont Christopher Lee. Certaines scènes sont donc celles du film de Jesús Franco, et d’autres filment la mise en scène dans une intéressante méta-réflexion sur le cinéma. J’ai particulièrement apprécié la façon dont le cinéaste, en ajoutant sa propre trame sonore de musique et bruitages inquiétants pendant les scènes authentiques du film, arrive à plonger le spectateur dans une ambiance d’horreur, ambiance qu’il détruit brutalement quelques minutes plus tard en nous laissant voir la préparation des prochaines scènes, l’ajustement des décors, le maquillage des acteurs, les caméras des réalisateurs, etc. Bref, un film à voir si l’univers de Dracula vous intéresse et que vous avez une petite heure de libre devant vous!

Pour ce qui est de « Die Stille vor Bach », film tourné en catalan, en espagnol, en allemand et en italien, il s’agit d’un long-métrage éclectique qui rend hommage de façon non conventionnelle au compositeur allemand Johann Sebastian Bach en présentant plusieurs personnages issus de différents pays d’Europe dans leurs interactions au quotidien. Les séquences, présentées de façon non linéaire, ne semblent pas avoir de lien entre elles, hormis la présence prépondérante de la musique (principalement celle de Bach), qui donne une continuité intéressante au film en traversant les langues, les frontières et les siècles.

Sur ce, bon cinéma!

 

Sources:

http://www.falternativas.org/la-fundacion/noticias/el-cultural-recorre-la-obra-cinematografica-de-pere-portabella-presidente-de-la-fundacion-alternativas-19509

http://cultura.elpais.com/cultura/2013/03/27/actualidad/1364409944_917203.html

 

Advertisements

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :