Archives d’un auteur

Roger de Flor

avril 17, 2014

Rutger von Blum (Brindisi en Italie, 1267 Edirne, empire byzantin, 30 Avril 1305); d’origine italo-allemande, était un moine, capitaine du navire « Faucon » de la flotte de Sicile, amiral de la flotte de Byzance (Megas Doux), et commandant en chef de la société catalane d’Orient. Après avoir quitté les Templiers, il est devenu un mercenaire et a combattu sous le commandement de Frédéric II de Sicile. Après la guerre de Sicile, il a créé la société catalane d’Orient pour servir l’empereur byzantin, jusqu’à ce qu’il soit assassiné dans un complot ourdi par Michel Paléologue, le fils de l’empereur byzantin Andronic II Paléologue, et Girgan, commandant de la Compagnie de mercenaires alains.

L’empereur byzantin Andronic II Paléologue lui demande en 1303 de l’aide contre les assauts des Turcs. Frédéric lui  envoye société catalane d’Orient, une expédition de 39 navires et 4000 Almogavres sous le commandement de Roger de Flor, qui était alors âgé de 37 ans. D’un point de vue stratégique, avoir Roger de Flor dans un lieu décisif de l’Empire byzantin a une grande utilité pour la Maison de Barcelone. En effet, cela permet d’exercer une influence dissuasive sur les ambitions de la Cour de France pour désigner comme empereur byzantin Charles de Valois, à la demande de Pierre Dubois dans son « Recuperatione De Terrae Sanctae ». À ce moment-là, Ramon Llull composait son « Liber de fine », recommandant aux ordres militaires unifiées sous un prince la route nord-africaine pour reconquérir la Terre Sainte, une partie du royaume de Murcie (qui appartenait alors à Jacques II), et conseillant d’abandonner celle d’Anatolie, qui avait déjà été utilisé par dans les croisades passées, de préférence sous le commandement des rois ou des princes français.

Publicités

Philippe V d’Espagne

avril 17, 2014

Philippe V était roi d’Espagne de 1700 à 1746 avec une brève interruption en 1724, lorsque son fils Louis régnait.

Il a été nommé roi d’Espagne dans le testament du dernier Habsbourg hispanique, Charles II. Le début de son règne a été marqué par la guerre de la Succession d’Espagne, en plus d’une confrontation entre lui et l’archiduc autrichien Charles, et une guerre internationale entre les grandes puissances de l’époque. Mais il y avait aussi un soupçon de guerre civile au sein de la monarchie espagnole, entre Bourbons et soutiens des Habsbourg. La fin de la guerre garde Philippe  sur le trône d’Espagne, mais signifie la perte de territoires extra-européens par le traité d’Utrecht (1713) et de Rastatt (1714). Après l’étouffement des États de la Couronne d’ Aragon, leur rébellion conduit aux réformes centralisatrices de Philippe et de ses ministres, qui mettent en œuvre les décrets de « Nueva Planta » qui suppriment les institutions, chartes et coutumes traditionnelles, les assimilant à celles de l’Espagne.

 

Les Cathares

mars 11, 2014

Le catharisme était un courant chrétien de forme gnostique dont l’apparition et la propagation se situent entre le Xe et le XIVe siècle. Ce courant s’est répandu en Asie Mineure, dans les Balkans, en Italie du Nord, en Aquitaine, en Rhénanie, en Champagne et en Catalogne. Ainsi, le catharisme était réparti dans toute la chrétienté, à la fois dans l’Occident latin, et dans l’aire orientale, byzantine et orthodoxe. Les adeptes de ce mouvement sont connus comme les Cathares ou les Albigeois. Souvent, ils s’appelaient eux-mêmes bons hommes ou bons chrétiens.

En termes de doctrine, le christianisme cathare, se caractérise par une conception dualiste, fondée sur l’existence de deux principes indépendants, le Bien et le Mal, responsables de deux créations. Le principe du Bien – Dieu – s’occupe de la vraie création, pure: les choses qui existent vraiment, c’est à dire, le ciel et les esprits, qui ne peuvent pas êtres corrompus ou détruits. Pour sa part, la création perpétrés par le principe du mal – Satan – est illusoire: le monde matériel, visible, instable, est soumis à la corruption, à la mort, au trouble, à la souffrance et à la violence. Satan, ne pouvant offrir à ses enfants une nature incorruptible, désire usurper une partie de la vraie création, depuis laquelle il n’est qu’une imitation grotesque. En ayant recours à la tromperie et à la violence, il parvient à corrompre quelques esprits dans le monde matériel, et ces esprits sont pris au piège, car ils lui permettent d’exister.

L’Église vit d’un mauvais oeil les Cathares, puisqu’ils semblaient avoir leurs propres rites et leur propre Église, et qu’ils rejetaient l’Ancien Testament et Jahvé, assimilé au Mal.

Une croisade est donc lancée contre eux, et ceux-ci se réfugient dans les forteresses bâties au XIe siècle par les comtes catalans, au nord de Can Rigall. Le dernier Cathare présumé, Guillaume Bélibaste est exécuté sur le bûcher en 1321.

Sources :

http://www.canrigall.fr/la-region/towns-and-villages

http://fr.wikipedia.org/wiki/Catharisme

http://www.fgoccitanie.com/article-arnaud-de-bretos-de-berga-catalogne-117526454.html

Le génie de Raymond Llulle

mars 11, 2014

Raymond Llulle (1232-1315) était un écrivain important, philosophe, mystique, théologien, professeur et missionnaire de Majorque au XIIIe siècle. Son œuvre écrite est l’œuvre la plus étendue qui est été produite par un auteur médiéval.Il a écrit en catalan, en occitan, en latin et en arabe. Il est considéré, avec l’auteur des Actes, comme le premier auteur littéraire important et le premier auteur à écrire dans une langue romane, utilisée pour transmettre des pensées philosophique, théologique et mystique. Il a également été l’un des premiers auteurs de romans, et à faire des découvertes scientifique et technique innovatrices.

Raymond Llulle a été un courtisan de vie mondaine. Il a subi une transformation religieuse vers trente ans, après quoi il a consacré sa vie au prosélytisme chrétien , en particulier chez les juifs et les musulmans, et visait à intégrer les pouvoirs politique et religieux dans un plan missionnaire chrétien visant la conversion des «infidèles». La diffusion de sa pensée est effectuée par l’écriture, l’enseignement, les disputes théologiques avec les autorités, les pétitions aux papes et aux rois et la fondation de centres de formation missionnaire. Pour atteindre son but, il a consacré une grande partie de sa vie à voyager, à diffuser son message et à le mettre à l’épreuve.

Lulle a créé un système philosophique appelé l’Art, qui s’intègre dans un ensemble comprenant la religion, la philosophie, la science, la morale et l’ordre social, et basé sur un système compréhensible et transmissible de contrôles mécaniques, système qui démontre la supériorité du christianisme et facilite la conversion des pratiquants d’autres religions. La complexité du programme de Llulle est l’une des causes de son énorme production écrite et sa portée encyclopédique, étant donné que le système doit être vérifiable dans tous les domaines de la connaissance humaine et devait pouvoir être exprimé en degrés différents de complexité, en tenant compte des caractéristiques du destinataire.

De nos jours, aux Îles Baléares, on décerne des prix Ramon LLull pour célébrer l’identité culturelle de l’île.

Sources :

http://www.europapress.es/illes-balears/noticia-conselleria-educacion-cultura-propone-itinerario-ramon-llull-celebrar-dia-baleares-20140224121722.html

http://www.periodistadigital.com/reinformacionbalear/mallorca/2014/03/01/la-entrega-de-los-ramon-llull-le-sirve-a-bauza-para-lanzar-un-alegato-a-la-identidad-balear-y-destacar-su-valor.shtml

http://ca.wikipedia.org/wiki/Ramon_Llull