Archive for the ‘cuisine’ Category

Tapas 24

mars 13, 2014

Un tout nouveau restaurant de cuisine catalane ouvrira sous peu ses portes dans le vieux-port de Montréal.

Le célèbre chef Carles Abellan natif de la ville de Sabadell et qui est propriétaire de plusieurs restaurants dans la ville de Barcelone, à fait équipe avec le groupe  Mtl Cuisine afin d’ouvrir un  «Tapas 24» à Montréal, le même célèbre restaurant établi à Barcelone dans le quartier exiample.

IMG_3338

Le restaurant de Montréal aura le même nom et le même succulent menu que celui de la catalogne. Seule différence; des plats du jour adaptés à la cuisine montréalaise. Il y aura donc, les même délicieux tapas catalans, allant des célèbres Patatas bravas au Jamon ibérica.

t24_custars

La nouvelle de l’ouverture est sortie en mars dernier et celui-ci devrait ouvrir ses portes sous peu.

Source :  http://blogues.journaldemontreal.com/thierrydaraize/art-culinaire/grosse-nouvelle-pour-montreal-gourmand/

http://www.carlesabellan.es/

Publicités

Le chef cuisinier catalan à Montréal – Carles Abellan

mars 11, 2014

Carles Abellan, le deuxième chef cuisinier le plus connu à Barcelone, ouvrira son restaurant à Montréal. On ne connait pas la date d’ouverture de son restaurant pour le moment. On sait juste que le restaurant se situera dans un hôtel situé dans le Vieux- Port de Montréal. Carles Abellan a travaillé avec le chef cuisinier ,de El Bulli , Ferran Adrià. Dans la ville de Barcelone, le restaurant Tapas 24, le Comerç 24, Bravo 24, Suculent, la Taverna del suculent, la Guingueta de la Barceloneta, la Guingueta de Bogatell sont les restaurants où ses délicieuses tapas sont servies . Yogan, Ena Sevilla et Tapas 24 Montreal sont des projets qui se réaliseront.    On peut visiter son blogue Carles Abellan sur lequel les menus des restaurants sont publiés. Le nom du restaurant à Montréal sera Tapas 24 Montreal selon ce qui a écrit dans son blogue.

slide1

Ici, on peut voir de quoi ont l’air les restaurants de Carles Abellan:

Source: http://www.carlesabellan.es

Les calçots : une savoureuse tradition

janvier 28, 2014

Chaque région a ses propres traditions culinaires. Pour la Catalogne, les calçots sont l’une des plus importantes coutumes. En fait, les calçots sont une sorte d’oignon vert typiquement catalan. Dans la langue catalane, leur signification propre est l’action de se chausser. Ces oignons, d’ailleurs plus doux que ceux que nous consommons généralement, sont uniquement cultivés en Catalogne. On les retrouve plus précisément dans la région de Tarragone. Ils se dégustent à ce temps-ci de l’année c’est-à-dire dès janvier jusqu’au mois de mars, mais la récolte se prolonge parfois jusqu’en avril en raison de sa forte popularité. La plantation s’entame toutefois dès septembre. Il prend deux ans aux calçots avant de compléter leur croissance et d’être finalement prêt à être consommer. On récolte soigneusement les oignons manuellement, un à la fois. Puis, bien que la culture de ces oignons se soit amorcée à la fin du 19e siècle à Valls au sud de la Catalogne, ces calçots font désormais l’unanimité à travers tout le territoire de la Catalogne.

La manière traditionnelle catalane de consommer les calçots est de les faire cuire et par la suite de les faire griller sur un barbecue. Puis, lorsque les oignons sont à point, nous les regroupons par douzaine et nous les enveloppons avec du papier journal, ce qui conserve supposément les calçots tendres plus longtemps. Afin de poursuivre la tradition unique, on noie les oignons dans une sauce typiquement catalane, la salvitxada. Cette sauce spéciale est produite à base d’amandes, de tomates, d’ail, de poivrons, de vinaigre et finalement, d’huile. Puis, la tradition veut que nous conclussions l’assaisonnement par du sel, du poivre et du persil.

festa-de-la-calsotada-asados-big                                                                                                                                                                                                  À la suite des préparatifs des calçots s’en suit la fameuse fête que l’on célèbre pour consommer ces oignons. En effet, la calçotada est un rassemblement populaire qui vénère ce légume. La ville de Valls, ville d’origine, est hôte de ces festivités à tous les ans. D’ailleurs, c’est à cet endroit que la Gran Fiesta de la Calçotada de Valls  fut festoyée le 26 janvier dernier. Entre autre, on y a présenté des démonstrations de cuisine de calçots grillés, des dégustations de cuisine locale en plus de présentations de danses traditionnelles. Il est à noter que le site internet de l’organisation de cet événement offre désormais une boutique virtuelle afin de faire des achats de calçots ou de sauce typique en ligne. 🙂 (http://www.calsots.com/tienda-de-calsots.html)

calcatos

Enfin, la tradition des calçots est sans aucun doute indémodable. Elle est festive et demeure symbolique puisqu’elle rappelle la terre et les racines de la Catalogne. Reste à savoir si l’odeur de ces calçots qui grillent sur un feu flamboyant conquerra nos appétits sous peu…

 

SOURCES :

http://www.oh-barcelona.com/fr/blog/2011/culture/traditions/tradition-catalane-10249

http://www.capcatalogne.com/La-%C2%AB-calcotada-%C2%BB-de-Valls-sacrement-culottee—6109.phtm

http://www.calsots.com/fiesta-de-la-calsotada-de-valls.html

 

Les « calçots » sont arrivés!

janvier 30, 2013

Le 27 janvier dernier la saison du « calçot », oignon doux cultivé de façon à ce qu’il garde une forme de poireau au lieu d’oignon classique, est commencée. D’ici la fin avril, des milliers de « calçotades », repas collectifs pour mager ces « calçots » rôtis sur le feu et trempés dans une sauce aux noisettes typique du sud de la Catalogne, auront lieu un peu partout en Catalogne. Voici un extrait de l’article « Le manger en tant que symbole: fêtes du manger et manger de fête », dans Culturcat.cat :

‘Nous ne nous asseyons pas à table pour manger, disait Plutarque, mais pour manger ensemble.’ C’est ce que les Catalans aiment avant tout. Nous aimons tellement partager le couvert et nous rencontrer que notre langue s’en fait l’écho. Ainsi, ce n’est pas la même chose de manger des ‘calçots’ que de faire une ‘calçotada’, de faire cuire des côtelettes que de faire une ‘costellada’, de préparer un riz que de faire une ‘arrossada’. Les aliments sont certes identiques, de même que leur mode de préparation, mais pas la façon dont on les mange, pas la posture. Ni le sens que cela a pour nous.

Les bugnes/bunyols/brunyols du carême

mars 24, 2012

Ce samedi 24 mars, le Marché Maisonneuve de Montréal a organisé sa traditionnelle fête de la mi-carême, avec une mascarade typique de la Nouvelle-France. Côté sucré, une boulangerie assez connu de la métropole a spécialement conçu pour l’occasion le bugne, une pâtisserie inspirée des desserts de la mi-carême au Moyen-Age.

En Catalogne, ces « bunyols de quaresma » sont toujours typiques chez les pâtissiers. Ces beignes sucrés font les délices des grands et des petits.

Une variante locale très célébrée en Catalogne est celle des « brunyols« , qui sont typiques de l’Ampurdan. On les mange normalement pendant le Carême et au vendredi saint.

Cuisine et boissons Catalogne

avril 8, 2011

CUISINE

La cuina catalana

De l’huile d’olive et de l’ail, du soleil et de la patience : voilà les principaux ingrédients de la cuisine catalane ! Cette cuina possède des racines phéniciennes, grecques et romaines.
Sur la Costa Brava, un des hauts lieux de la gastronomie demeure la région de l’Empordà. On trouve ici une cuisine métissée et savoureuse, qui ne craint pas de marier la terre et la mer, le sucré et le salé, le miel, la cannelle, les amandes, les pignons et les fruits secs.
La charcuterie (embotits) est âpre et vigoureuse, avec sa botifarra, un boudin noir préparé avec de la viande de porc mêlée au sang, son jambon cru et son fuet (saucisse sèche). La botifarra de l’Empordà est sucrée et parfumée de zestes de citron et de cannelle, une recette qui vient du Moyen Âge.
Plus on entre dans les terres et plus on rencontre sur les tables des llonganises (saucisses) et autres plats tenant au corps, surtout au petit déj, où l’on vous proposera salaisons, fromages, tomates et ail à frotter sur votre pain grillé !
Les Catalans sont également très friands de champignons et d’escargots.
Bref, ne vous évertuez pas à commander de la paella valenciana (descendez un peu sur la côte… et dans le texte), ni du gazpacho.

Spécialités catalanes

Plats

Pa amb tomàquet : tranches de pain frottées d’ail et de tomate, arrosées d’huile d’olive et salées, servies dans presque tous les restos, parfois pour remplacer le pain.
Escalivada : servi tiède ou froid (impeccable pour accompagner charcuterie ou fromage), un assortiment d’aubergines, oignons et poivrons grillés et confits au four.
Romesco : c’est une sauce de Tarragone, faite de tomates, pain frit et amandes grillées, parfumée à l’ail et aux piments rouges (nyoras), au vinaigre, aux herbes et aux épices.
Calçotada : une institution catalane ! Au printemps, à la saison des oignons nouveaux, tous les restos de Valls et de la région font la calçotada. Au menu : les calçots, des oignons nouveaux grillés au feu de sarments, qu’il faut « décalotter » de leur peau première et déguster trempés dans la sauce romesco.

Desserts

Crema catalana : notre crème brûlée nationale s’est inspirée de la catalane ! La recette originale est beaucoup plus savoureuse, et parfumée à l’anis, à la cannelle ou à la vanille.
Mel i mató : fromage blanc de brebis, qui a la texture de la ricotta italienne, servi arrosé de miel.
Pastisset : gâteau moelleux à l’anis.
Menjar blanc : à base d’amandes et de cannelle.
Et encore les braços de gitanos, les becs d’Arbeca et les cremes cremades des grands-mères de l’arrière-pays et des montagnes.

BOISSONS

Non alcoolisées

La horchata (orxata), que l’on traduit par « orgeat », est une des boissons les plus rafraîchissantes qui soient. Elle est fabriquée avec le suc des racines et des tiges de la chufa (souchet jaune), une sorte de papyrus qui pousse dans le nord de la huerta et les marais du Guadalquivir.
– On trouve aussi le granisat (granizado en castillan) : du jus de citron ou d’orange, ou du café, le tout mélangé avec de la glace pilée dans de grosses centrifugeuses. Sucré, rafraîchissant et pas cher.
– Dans la plaine de Lleida (Lérida), vous tomberez peut-être sur la boisson du pauvre (beguda de pobre), faite à base d’oranges, d’anis et de sucre. Assez surprenant.

Alcoolisées

La bière (cerveza ou cervesa en catalan) : la boisson la plus répandue ! Attention, dans un bar, una cerveza veut dire que l’on va vous servir une bière en bouteille. Une bière à la pression se dit una caña.
Le vin : le berceau de la viticulture catalane se trouve à quelques kilomètres de Barcelone, dans la région du Pénedès. Aux cépages traditionnels se mêlent désormais des cépages européens : cabernet-sauvignon, riesling, chardonnay, gewurztraminer. On trouve des vins rouges à la belle robe sombre et au goût puissant, produits dans les sublimes montagnes du Priorat, au-dessus de Tarragone, qui titrent jusqu’à 16° !
Le vermuth al grifo : littéralement, « vermouth au robinet ». Il s’agit de vin cuit macéré avec des herbes et livré dans de petits fûts avec de l’eau gazeuse.
Le cava : c’est le champagne catalan, un vin pétillant, très agréable à boire, avec un côté plus fruité et plus vert que notre champagne. Le meilleur de tous est, d’après les amateurs, le raïmat, fabriqué à partir de chardonnay.
Il est aussi à la base de la fameuse agua de Valencia, cocktail combinant donc le cava, une larme de vodka et du jus d’orange, le fruit emblématique de la région.
– On trouve également pas mal de ratafias (alcools artisanaux) dans les zones montagneuses. Les parfums sont variés.
– Ne passez pas à côté du moscatel (sorte de vin doux), qui se consomme exclusivement en fin de repas ou avec certains desserts, comme le mel i mató (voir plus haut).

Source : http://www.routard.com/guide/catalogne/545/cuisine_et_boissons.htm

virelangue catalan à la Dalí

avril 1, 2011

“Una polla xica, pica, pellarica, camatorta i becarica va tenir sis polls xics, pics, pellarics, camatorts i becarics. Si la polla no hagués sigut xica, pica, pellarica, camatorta i becarica,els sis polls no haguessin sigut xics, pics, pellarics, camatorts i becarics”.

« Une poule petite, laide, mal fagotée, ayant des tics et des jambes croches a eu six poussins petits, laids, mal fagotés ayant des tics et des jambes croches, si la poule n’avait pas été petite, laide, mal fagotée, ayant des tics et des jambes croches, elle n’aurait pas eu les six poussins petits, laids, mal fagotés ayant des tics et des jambes croches ».

Un virelangue (ou casse-langue ou fourchelangue) est une locution (ou une phrase ou un petit groupe de phrases) à caractère ludique, caractérisée par sa difficulté de prononciation ou de compréhension orale, voire des deux à la fois. On parle aussi de trompe-oreilles lorsqu’une phrase est difficile à comprendre et donne l’impression d’être en langue étrangère.

Alter Cola – La cola catalana

février 12, 2011

L’un des produits les plus consommés à l’échelle planétaire est sans aucun doute le cola, principalement celui produit par les grandes multinationales Coca-Cola et Pepsi-Cola. Depuis quelques années, de nombreuses alternatives locales s’offrent aux consommateurs de cola. Parmi les plus connues, notons les marques Mecca Cola, distribuée dans une quarantaine de pays, Inca Kola, fort populaire au Pérou et ailleurs en Amérique du Sud, et Breizh Cola, commercialisée en Bretagne.

Depuis 2005, les pays catalans ont également leur propre cola, appelé Alter Cola. Produit par la brasserie artisanale Cap d’ona à Argelès-sur-Mer en Catalogne Nord, le « cola catalan libre » Alter Cola est distribué dans le Roussillon et en Catalogne. Son producteur en a eu l’idée à l’occasion d’une rencontre entre petits producteurs européens. À cette occasion, il a été surpris d’apprendre que plusieurs régions offraient une alternative aux grandes marques de cola, alors que la Catalogne n’avait pas sa propre boisson du genre.

Le cola catalan est d’abord destiné aux amants de cette boisson qui préfèrent consommer un produit local, fabriqué de façon artisanale. Évidemment, il est également populaire auprès des inconformistes, altermondialistes, catalanistes et… « addicts » du cola. La recette de l’Alter Cola est semblable à celle des autres colas, c’est-à-dire qu’il contient du sucre, de la caféine, du caramel, de l’essence de cola et du gaz carbonique. Sa saveur est toutefois rehaussée d’une pointe de citron.

Espérons que cette marque puisse fleurir malgré la pression des multinationales, qui réussissent parfois à racheter ou même à faire tomber les petites marques concurrentes.

Sources : Apats food (en catalan)

Brasserie Cap d’ona (en français et en catalan)

Ferran Adrià et la Tecnoémocion

février 8, 2011

Comme nous l’avons déjà vu dans le cours et sur le blogue, la gastronomie catalane se distingue par sa richesse et sa diversité. Mais si elle est aujourd’hui reconnue mondialement, c’est grâce à des porte-couleurs de talent, comme Ferran Adrià. Ce dernier, natif de L’Hospitalet de Llobregat près de Barcelone, a commencé à se faire connaitre dans les années 80 (il reçoit sa première étoile du guide Michelin en 1985) en développant un nouveau style de cuisine connu sous le nom de « cuisine moléculaire ». Cependant cette appellation qui a proliféré dans les médias ne plait guère au grand chef, qui lui préfère le terme de « Tecnoémocion ». Ses créations sont largement basées sur la cuisine catalane traditionnelle, mais les modifications qu’il y apporte en font l’originalité. Il a notamment été l’un des premiers à utiliser des ingrédients « futuristes » comme l’azote liquide dans ses préparations.

Ferran Adrià est le chef du célèbre restaurant El Bulli situé près de Roses sur la Costa Brava. Ouvert d’avril à septembre, il accueille chaque année 8000 privilégiés ; une offre bien insuffisante par rapport à une demande qui serait de 2 millions par an! Mais rien d’étonnant à cela car El Bulli a été désigné meilleur restaurant du monde à quatre reprises (2006, 2007, 2008, 2009). le célèbre chef y propose des spécialités innovantes comme le caviar d’huile d’olive au jus d’anchois, le biscuit de gingembre et de kumquat cuit à l’azote liquide, le caramel à l’huile de courge et les « Espumas ».

Un des plats proposés au restaurant El Bulli

Malheureusement le grand chef a d’ores et déjà annoncé la fermeture du restaurant pour 2012 et 2013. Cependant cet intermède lui permettra sûrement de relancer un processus créatif qui est devenu aussi important en gastronomie que dans la haute couture. certains se sont posé la question de savoir si cette décision pouvait avoir un rapport avec la controverse au coeur de laquelle s’est retrouvé Adrià en 2008. À cette époque l’autre chef étoilé santi Santamaria avait dénoncé « ceux qui remplissent leurs assiettes de gélifiants et d’émulsifiants de laboratoire » et mettent en danger la « santé publique ». ces déclarations ont poussé certains journalistes à dire que Santamaria avait déclenché une véritable « guerre des toques ». Mais celui-ci s’est retrouvé pris à son propre piège lorsque le quotidien barcelonais « El Periodico de Catalunya » a publié une de ses recettes, mettant en évidence que la cuisine de Santamaria n’était pas aussi « traditionnelle  » qu’il le prétendait. Adrià a de toute façon balayé cette question en disant que la critique faisait partie intégrante de son métier.

Pour finir on peut dire que les Catalans, et les espagnols en général, sont reconnaissants au grand chef de participer au rayonnement gastronomique et culturel de la Catalogne et de la péninsule ibérique. Que ses partisans se rassurent, lors de ces deux années, ferran Adrià ne restera pas innactif. Il prévoit notamment de voyager en Chine et a été sollicité pour enseigner son art à la préstigieuse Université Harvard. Gageons que la  » Tecnoémocion » a encore de beaux jours devant elle. 

Ferran Adrià

Sources :

http://en.wikipedia.org/wiki/ferran_adri%C3%Ao

http://www.courrierinternational.com/article/2010/01/27/changement-de-cap-pour-ferran-adria

Une gastronomie prestigieuse

janvier 15, 2011

La cuisine catalane est reconnue à travers le monde d’abord pour ses spécialités traditionnelles, mais également grâce à des chefs cuisiniers exceptionnels tel que Ferran Adria, Carme Ruscallega et Santi Santamaria qui réinventent la cuisine traditionnelle en la jumelant à des préparations modernes. La gastronomie catalane varie d’une région à l’autre, mais elle se base principalement sur les viandes et charcuteries, les légumes frais, l’huile d’olive, le pain, l’ail, les poissons et les fruits de mer, sans oublier le fameux vin toujours présent, particulièrement le cava. Comme plats régionaux, citons le pain à la tomate, la crème catalane, les panellets (pâtisseries) et les calçots (sorte d’échalote grillée qui se mange avec une sauce). La cuisine catalane est ancrée dans la culture depuis bien des siècles. En effet, le premier livre de recettes connu est le Llibre de Sent Soví, qui date de 1324 et qui contient quelques deux cents recettes. Ce livre de recettes est un des plus vieux d’Europe.

Pour des recettes, vous en aurez  sur le site, car en cliquant sur les images et sur la loupe, elles apparaissent!

http://www.llull.cat/_esp/_cultura/cultura_catalana_gastro.shtml?seccio=cultura&subseccio=gastro

Tout cela donne faim, alors sur ce, bon souper!

Calçotspanellets